Quand le rêve devient réalité !

Alexandre

  • « Vivre la vie de ses rêves » : 1 300 000 réponses
  • « Vivre de sa passion » : 1 040 000 sites, blogs, articles, etc…
  • Juste en tapant ces termes sur le super moteur de recherche « Google »… Francophone !
  • Combien d’entre nous en rêve?… 99%.
  • Combien d’entre nous réalise son rêve ?… Peut-être 10%…

Pourquoi un tel écart entre le rêve et la réalité ?

Parce que nous avons tous de bonnes raisons de ne pas faire le grand saut, la famille, les enfants, un boulot que l’on ne peut pas quitter, une maison, un âge trop avancé pour envisager une reconversion professionnelle et j’en passe…

Le « grand écart » entre le rêve et la réalité est surtout révélateur du fait indéniable que l’envie ne suffit pas ! Cette démarche, alliant la passion à l’activité exercée, demande d’énormes sacrifices personnels et seuls quelques-uns font ce choix déterminant à un moment donné de leur vie ! Pourtant, croyez-moi, c’est à la portée de tous ! La décision est souvent prise sur un coup de tête mais il s’agit, pour y arriver, d’une persévérance infinie !

Je vous présente, Alex ! Un photo-voyageur au discours optimiste, un homme généreux dans tout ce qu’il entreprend et, d’autant plus, dans ses très belles images

Quand la réalité n’est finalement pas si loin du rêve !

 Portraits du monde Alex-23Je donne la parole à Alex Peplaw :

Je suis Alexandre ou Alex. Originaire de Bordeaux, je suis voyageur et photographe, deux passions aujourd’hui intimement liées dans ma vie.

Quand j’ai commencé à vraiment voyager, il y a un peu plus de 10 ans, je faisais des photos avec un simple petit appareil compact, sans penser qu’un jour cela deviendrait mon métier, ma passion, ma vie. J’ai rapidement pris du plaisir à la photo et je suis passé à un meilleur appareil, un bridge. Mon envie grandissait à chaque voyage et on commençait à me dire que mes photos étaient plutôt jolies… même si je n’imaginais pas encore les diffuser ou autre !

Un beau jour, j’ai acheté mon premier boîtier reflex, un Canon 550 d. C’est là qu’est vraiment née ma carrière de photographe passionné… Je me suis réveillé la nuit avec cette idée, comme une irrépressible envie et ce qui devait arriver arriva : j’ai créé ma page Facebook dès le matin suivant ! Petit à petit, de plus en plus de gens m’ont suivi, j’ai commencé à vendre quelques tirages et à faire quelques séances particulières ou des photos de mariages. Mon amour des voyages a grandi parallèlement à celui de la photographie et j’essaye, depuis 3 ans maintenant, d’allier ces deux passions pour en vivre.

Je voyage seul, librement, sans agence ni guide, à la rencontre des gens, avec les transports locaux. Ce qui m’intéresse est de raconter le Monde à travers mes yeux. Le plus souvent, j’aime montrer de belles choses, des sourires, du bonheur, de la joie, des couleurs… J’ai bien conscience du côté sombre de notre planète et d’autres savent le montrer avec talent, pas moi ! Je m’attache au positif, je fais de la photo comme je voyage, librement, instinctivement, au feeling…

J’avais une inquiétude quand j’ai commencé à faire des séances photos puis des mariages. J’ai appris la photographie en voyage, j’aime saisir l’instant, capter l’inattendu, rencontrer les gens dans leur vie quotidienne, sans artifices. La peur de faire des choses fabriquées, posées, s’est finalement estompée car les séances photos se sont très bien passées mais les photos de voyage et les séances photos sont vraiment deux choses très différentes ! Aujourd’hui je prends tout simplement beaucoup de plaisir dans mon travail. Loin de chez moi ou tout près, j’adore faire des photos.

Portraits du monde Alex-21Mon approche de la photo en voyage ? Aucune règle établie, je marche, je vis, je découvre et je shoote quand je le sens, quand je peux. Il m’arrive (bien sûr !) de choisir mes horaires pour profiter des irremplaçables lumières naturelles du lever ou du coucher du soleil. Pour les gens ou les scènes de vie, c’est pareil, je décide parfois d’aller dans un endroit spécifique car je sais que je pourrais y faire des photos intéressantes ou spéciales. Mais le plus souvent, je vais ou me mènent mes pas, au hasard des routes et des rencontres, à l’instinct. J’ai appris à photographier à travers mes voyages. J’ai mes petites astuces et une façon bien à moi d’utiliser la lumière ou les contres jours. J’ai aussi mes petits secrets pour prendre les enfants ou les gens en photo, mais la plus grande part du secret n’en est pas un : il suffit d’avoir le sourire, d’être cool, naturel et d’avoir une certaine éthique, d’aimer les autres et de leur témoigner du respect. Bien entendu, c’est parfois frustrant de ne pas pouvoir photographier une personne qui ne veut pas (ou parce que le bus roule trop vite ou d’autres raisons encore) mais je pense que cela fait partie du jeu. Un voyageur est forcément confronté à cette réalité et il lui faut simplement l’accepter.

J’aime changer de pays, de continent, de culture, d’univers… Je me sens, à chaque fois, comme un enfant qui découvre la vie ! J’aime me sentir loin, ailleurs, me sentir décalé et parfois même perdu. Je suis retourné en Inde en février mars 2015 pour 1 mois et demi, pour la troisième fois certainement pas la dernière ! Ce pays vaste et intense m’attire énormément et cette terre de contrastes offre à mon objectif les plus merveilleuses inspirations qui soient.

J’ai voyagé dans d’autres pays d’Asie : Laos, Cambodge, Bangladesh, Philippines, Indonésie et Népal. Et d’autres continents, en Afrique Noire : Bénin, Togo, Sénégal, Kenya, Tanzanie, à Madagascar, Maroc, Tunisie et au Moyen-Orient ; en Amérique du Sud aussi : Pérou, Guatemala, Bolivie et Cuba.

J’ai encore beaucoup de destinations en tête ! Certaines sont plus difficiles d’accès que d’autres, pour causes de dangerosité (guerres ou autres situations conflictuelles) ou des raisons économiques plus terre-à-terre (!) mais rien n’est impossible ! La liste est longue : Birmanie, Ethiopie, Tchad, Brésil, Namibie, Botswana, Zambie, Colombie, Venezuela… et tant d’autres, et plus encore…

Il y a une expression que j’aime beaucoup et qui résume bien mon état d’esprit de voyageur photographe passionné : « Le bonheur n’est pas au bout du chemin, c’est le chemin » ou, en deux mots, « Carpe diem ».

Je vous souhaite à tous de trouver le bon vent pour faire de beaux voyages…

Si cet article vous a  plus, laissez un commentaire ci-dessous ?